All posts in “Vision”

Eurometropole, COP23 et transition énergétique.

 

Enjeux territoriaux.

 

 

 

En écho à la COP23 qui s’est déroulée à Bonn en novembre 2017, l’EUROMETROPOLE a organisé le 10 novembre 2017 une manifestation consacrée à l‘impact et aux enjeux de la transition énergétique au niveau territorial. Le programme de cette manifestation a permis de valoriser des initiatives locales en termes notamment de lutte contre les gaz à effet de serre.

 

 


Dans ce cadre, Marc BOURDEAUD’HUI a été sollicité pour témoigner de son retour d’expérience sur les outils de co-financement REV3 (Troisième Révolution Industrielle en Hauts de France) à la fois en tant que consultant mais aussi  citoyen engagé dans le développement territorial (membre du comité de développement d’une communauté de 38 communes).

 

 

 

 

Transition énergétique et modèle de société : les facteurs clés de réussite.

Théorisée par le prospectiviste américain Jeremy RIFKIN, la Troisième Révolution Industrielle (1,2,3) est un modèle de développement qui fait l’hypothèse que la transition dans le domaine énergétique (notamment le passage aux ENR) combinée à une mutation dans le domaine de la communication (Internets des idées, des biens, de l’énergie (smartgrids…), mobilité alternatives des personnes…) va donner lieu à un nouveau modèle socio-économique basé sur l’économie collaborative. Ce modèle devrait supplanter le capitalisme à l’horizon 2050. Si les limites de ce modèle prospectif ont été amplement démontrées (4, 5, 6), il n’en demeure pas moins que nombre de décideurs politiques se le sont appropriés et l’ont adapté aux spécificités de leurs territoires respectifs (San Antonio Texas (7), Rotterdam-Lahaye (8), Luxembourg (9) , Région des hauts de France (10), Rome, Monaco…).

 

Dans ce modèle, un point de vigilance doit être accordé aux enjeux de la transition énergétique. Cette transition n’est pas une finalité en soi : ce n’est qu’un moyen qui sous-tend l’apparition d’un nouveau modèle de société qui représente le véritable défi à venir. Aussi, nulle surprise si, au-delà d’une opération de marketing territorial, parmi les facteurs clés d’une transition énergétique réussie à l’échelle d’un territoire (11) vont être identifiés :

-un portage politique exemplaire  au service de la « Res Publica »

-une approche inclusive démontrant une réelle intelligence territoriale capable de mettre en synergie les différentes parties prenantes stratégiques

-l’existence d’un projet porteur de sens et de valeurs qui propose une vision éclairée et intelligente du devenir du territoire.

 

Co-financement REV3 : un dispositif « éclairé et inclusif »


C’est sur cette dynamique de facteurs clés de succès que semble avoir été structuré le dispositif de co-financement REV3. L’approche originale se caractérise notamment par :

-une multiplicité des outils qui ouvre le champ des possibles en matière de montage financier

-une accessibilité qui permet d’élargir le panel des porteurs de projets éligibles depuis la sphère publique, la sphère associative jusqu’à la sphère privée en passant par les TPE, PME/PMI, ETI voire les grands comptes

-une véritable intelligence territoriale en mettant au cœur du dispositif les acteurs institutionnels classiques du financement de projets mais aussi les nouveaux acteurs portés notamment par le déploiement des nouveaux business modèles (économie collaborative, économie sociale et solidaire…).

 

 


Le dispositif s’articule autour des principaux outils suivants :

-un fonds d’investissement doté de 50 M € géré par la société CAP3RI (Nord Capital partenaires) qui a vocation  à financer des entreprises dont les projets sont liés à l’un des huit piliers de la Troisième Révolution industrielle

-l’equity (participation au capital) via une plateforme collaborative Kiokstoinvest qui a vocation à favoriser le financement des startups et PME de croissance par les particuliers, les professionnels

-le livret d’épargne de la Troisième Révolution Industrielle géré par le Crédit Coopératif qui a drainé plus de 15 M € (au moins un livret dans plus de 75 départements) destiné à financer des projets d’entreprise liés à la Troisième révolution industrielle sous forme de prêt à un taux bonifié

-le financement participatif via les plateformes partenaires « Cowfunding, Kisskiss Bankbank, Hello Merci».

A cela s’ajoutent un fonds « start-ups » et « Hauts de France Prévention » qui est une avance remboursable à destination des entreprises passant un cap délicat dans leur activité.

 

Outre les ressources de la CCI de Région Hauts de France et un guide du financement, le déploiement de ce dispositif s’appuie sur une démarche originale : un hubfinancement qui regroupe  sur un mode collaboratif les principaux acteurs intitutionnels du financement de projets.

 

 

 

Co-financement REV3 : les premières leçons.


Au-delà de « l’eldorado technologique » promis par certaines avancées de la transition énergétique, le véritable défi est donc celui du choix d’un modèle de société.

 

La réussite de cette transition énergétique et du choix de société ne se mesurera à l’aune ni du nombre de projets co-financés, ni des montants dépensés.

Il en va d’une responsabilité collective et partagée à la fois des responsables politiques mais aussi des citoyens et des porteurs de projets quant aux choix des aventures qui sont accompagnées.

Si le droit à l’expérimentation est nécessaire et recevable, il est plus discutable lorsque le choix des projets est réalisé en totale in-intelligence et présente un véritable risque pour le développement du territoire.

 

Aux interfaces entre l’économie collaborative, la transition numérique, la transition énergétique, de multiples exemples de projets « déviants » peuvent être identifiés. Nous en avons retenu deux éloquents par leur impact.

 

Le premier exemple est celui d’un EPCI des Hauts de France engagé dans un projet de mutation « territoriale ». Postulant à un appel à manifestation d’intérêt national lancé par l’ETAT, le premier élu nous sollicite pour l’élaboration d’une note de stratégie globale. La revue des différents projets pressentis va très vite révéler des carences en termes de cohérence et de vision stratégique. Parmi les projets a priori séduisants mais qui relèvent plus d’une opération de marketing territorial, l’un d’eux vise à former des codeurs informatiques de base dans le cadre d’une « flamboyante école numérique ». Face aux progrès des systèmes experts, des algorithmes de l’intelligence artificielle « faible » qui prend déjà en charge le développement automatique de codes, et reprenant les conclusions du Dr Laurent Alexandre (12) :

« Ils [développeurs informatiques bac plus 2] arriveront sur le marché du travail précisément au moment où le code informatique bas de gamme sera largement automatisé grâce à l’intelligence artificielle qui sera quasi gratuite. […] Codeur informatique bas de gamme sera un passeport pour Pôle Emploi ».

 

Le second exemple est issu du développement de la blockchain et des monnaies virtuelles, notamment du Bitcoin. Le principe repose sur un protocole sécurisée qui permet la validation des transactions « pairs à pairs » via un réseau distribué (qui s’affranchit de toute structure centrale) réputé inviolable. Ce nec plus ultra du collaboratif est devenu un système hypercompétitif.

Au lieu d’optimiser les ressources pour valider une transaction, le protocole choisi (« proof of work ») met en compétition les acteurs du réseau : le plus « rapide » à intervenir pour valider la transaction gagne des Bitcoins.

Ce processus a deux effets pervers :

-d’une part une ascension vertigineuse du cours du Bitcoin qui est passé de 600 dollars à près de 8 000 dollars en un an. il s’agit donc d’une spéculation pure et simple et d’une spéculation massive. Selon Marc FIORENTINO, « le bitcoin pourrait valoir dans les deux mois 12 000 dollars ou 3 000. Nul ne peut le prédire ».

-d’autre part un véritable gouffre énergétique. Chaque transaction nécessiterait 215 kwh (l’équivalent de la consommation hebdomadaire moyenne d’un foyer américain) et serait 5000 fois plus énergivore qu’une transaction Visa.

 

Au-delà des enjeux techniques, de la réduction des gaz à effets de serre, de la lutte contre la précarité énergétique, la nécessaire transition énergétique ne sera une réussite que si elle est au service d’une « Vision intelligente et éclairée » du développement de nos territoires.

 

Marc BOURDEAUD’HUI

Président de SENSAE Consulting

Remerciements à :

Mme Nathalie RUELLAND, Chargée de projets (Projectmedewerker) EUROMETROPOLE (nathalie.ruelland@eurometropolis.eu)

Olivier BEDDELEEM, Président du Mouvement Européen France Nord, Fondateur de Lillénergie , (olivier.beddeleem@edhec.edu).

 

Pour aller plus loin :

1-La Troisième Révolution Industrielle, REV3, l’économie collaborative : enjeux, nature, questions. Marc Bourdeaud’hui 

2-La Troisième Révolution Industrielle, Jérémy Rifkin (2011, éditions les liens qui libèrent)

3-La nouvelle société du coût marginal zéro, Jérémy Rifkin (2014, éditions les liens qui libèrent)

4-The sharing economy. PWC (2015). Consumer Intelligence Series.

5-la Révolution Transhumaniste, Luc Ferry (2016, éditions Plon).

6-La grande transformation des avocats. Thierry WICKERS (Dalloz, 2014).

7-San Antonio et la Troisième révolution Industrielle .

8- Rotterdam-La Haye et la Troisième révolution Industrielle :  https://mrdh.nl/RNE.

9- Luxembourg et la Troisième révolution Industrielle

10-Région des Hauts de France et la Troisième révolution Industrielle

11-Quels sont les ingrédients d’une transition énergétique réussie à l’échelle des territoires ? France Stratégie. Webconférence – 31/10/2017.

12-La Guerre des intelligences. Laurent ALEXANDRE (J.C. LATTES, 2017).

13-Bitcoin : son cours flambe… et son coût énergétique aussi. Juliette RAYNAL. Usine-difitale, 3/11/17.

14-One Bitcoin Transaction Now Uses as Much Energy as Your House in a Week. Christopher Malmo. Mother Board, 1/11/17.

 

Business Club France Luxembourg, Troisième Révolution Industrielle et nouveaux business modèles : quelle stratégie adopter ?

 

Site du Business Club France Luxembourg : http://urlz.fr/5Pvi

 

Théorisée par le prospectiviste Jérémy RIFKIN, la Troisième Révolution Industrielle repose sur le paradigme suivant : la mutation dans le domaine énergétique (passage aux Energies renouvelables) combinée à une mutation dans le domaine de l’information et de la communication (Internets de  la communication, de l’énergie, des transports…) va donner lieu à une mutation socio-économique, basée sur l’économie collaborative, qui va supplanter le capitalisme existant. S’appropriant intelligemment ce paradigme, des territoires comme la Région des Hauts de France, Rotterdam – La Haye, le Luxembourg l’ont enrichi d’une réflexion plus large sur l’impact des nouveaux business modèles (NBM).

Ainsi, parce qu’elle est confrontée à une difficulté, parce qu’elle a une idée de création, d’innovation, parce qu’il lui faut réorganiser toute ou partie de son activité, une organisation ne peut s’abstenir d’intégrer dans sa réflexion les enjeux liés aux NBM qui envahissent sa sphère d’influence.

Économie de la connaissance, Économie Sociale et Solidaire, Économie collaborative, On-demand économie, Écolonomie…  au-delà d’une approche en silo, l’enjeu fondamental est celui d’une hybridation de ces modèles : une association intelligente de plusieurs modèles pour répondre aux besoins de l’organisation : « je fais évoluer mon activité en développant une dynamique collaborative dans le cadre d’objectifs sociaux et solidaires »…

 

De plus, avant de se jeter à corps perdu dans une course effrénée aux NBM miracles, la gouvernance de l’organisation doit d’abord :

  • clarifier et/ou se réapproprier son code génétique en termes de Mission, de Valeurs, de Vision et donc ses fondamentaux métiers ;
  • évaluer, à l’aune de ces fondamentaux,  son contexte, ses parties prenantes, sa sphère d’influence et ses objectifs en termes de création de valeurs, d’enjeux et d’impacts;
  • repenser toute ou partie des éléments ci-dessus et appréhender les différents business modèles qui pourraient contribuer à son devenir ;
  • choisir et comprendre à l’échelle de l’ensemble de l’organisation, les réels enjeux et impacts du (ou des) business modèle(s) choisi(s) et manager les risques associés ;
  • établir dès lors le plan stratégique de déploiement.

 

Au-delà de la technique a priori séduisante et rassurante de la majorité des business modèles,   l’enjeu est d’identifier les facteurs clés de succès et de s’appuyer sur ceux-ci pour garantir la réussite de la mutation de l’organisation et son aptitude à anticiper. Plus d’information en cliquant sur le lien suivant : Nouvelle économie. Forts de leurs expertises et de leur complémentarité, c’est à relever ce challenge que se proposent de vous accompagner Evelyne Bertin (membre du business Club France Luxembourg, prospectiviste spécialisée RH, despontsetdesliens), Marc BOURDEAUD’HUI (intervenant  TRI et NBM),  et Antoine GUIGNETTE (intervenant NBM et management de projet, MAGNANIMITAS) .

 

 

       Evelyne BERTIN                                   Marc BOURDEAUD’HUI                         Antoine GUIGNETTE

Fondatrice Despontsetdesliens             Président de SENSAE Consulting          Président de MAGNANIMITAS

 

Coaching et engagement social : innovation RSE

Revolutio_logo_160420

logosensae


SENSAE Consulting partenaire de REVOLUTIO©

 

 

 

Qu’est-ce que Revolutio© ?

Revolutio_profil_160420

Revolutio est une démarche originale d’accompagnement de toute personne ayant subi un accident de vie (burn-out, longue maladie, décès d’un proche…). Son caractère innovant repose sur le facteur clé de succès suivant : la réussite du retour en milieu professionnel suite à un accident de vie implique non pas le seul travail avec l’individu mais aussi l’implication d’autres parties prenantes  (les collègues, les managers voire l’organisation dans son ensemble…).

Juste dimensionné, l’accompagnement s’appuie sur l’intervention d’une équipe pluridisciplinaire d’experts (coach, juristes, spécialistes en organisation…) partageant les mêmes valeurs et conceptions de cette approche holistique.

 

Pourquoi Revolutio© : la genèse du projet.

A l’origine du projet, Catherine AMBROSI (http://www.catherineambrosi.com) et Fabien COMPERE (http://www.meridian-coaching.fr ) ont su fédérer un groupe d’experts sur la base d’expériences personnelles, de rencontres et d’un constat : encore trop peu de choses sont faites aujourd’hui pour accompagner ceux qui, après une période difficile, souhaitent reprendre une activité professionnelle.

Revolutio_aide_160420Nous avons créé le projet Revolutio car nous croyons qu’il est plus « Durable » d’accompagner l’individu ayant subi un accident de vie plutôt que de l’évincer.  Quelle qu’en soit la forme (séparation, mutation…), le rejet est trop souvent motivé par l’intérêt court –terme du groupe (service, centre de profit, entreprise…).

Or, nous croyons en cette écologie humaine et sociétale qui implique de prendre soin et d’accompagner l’individu plutôt que de le remplacer pour des causes parfois fallacieuses (perte d’efficience, absence prolongée, difficultés de réintégration…).

A travers nos expériences professionnelles et personnelles, nous avons constaté la difficulté de la majorité des collaborateurs à revenir dans leurs fonctions et leur équipe après un accident de vie. Cette difficulté aboutit trop souvent à un échec et conduit, dans l’incompréhension mutuelle, à une séparation entre la personne concernée et son équipe, voire son entreprise. Mal ou non gérée, cette séparation a des effets négatifs déplorables dans la plupart des cas, tant pour le collaborateur que pour ceux qui restent dans l’organisation.

Malgré le trouble profond que traversera une personne qui s’est découverte mortelle (maladie grave…) ou faillible (disparition d’un proche, Burn-out… ), nous croyons qu’il est possible et préférable pour tous d’agir pour réussir ce retour. Nous y contribuons grâce à la démarche Revolutio.

Revolutio est ainsi :

  • Un projet humain parce qu’une organisation Responsable d’un point de vue social n’existe et n’est pérenne qu’à travers l’engagement éclairé et responsable de ses collaborateurs
  • Un projet sociétal parce qu’aujourd’hui les organisations qui se veulent responsables doivent aussi évaluer l’impact de leurs décisions et actions sur les enjeux de Société (respect, contribution à l’évolution des dispositions normatives et réglementaires pour un mieux vivre des collaborateurs…)
  • Un projet économique responsable parce que l’absence et le retour d’un collaborateur doivent être pilotés et optimisés en parfaite symbiose d’un point de vue humain et économique.
  • Une démarche innovante qui va contribuer à valoriser votre projet d’entreprise d’un point de vue social et sociétal ainsi qu’enrichir sa dimension fédératrice tant pour les parties prenantes internes qu’externes.

Révolutio est une démarche en perpétuel devenir s’adaptant aux spécificités et évolutions notamment managériales, sociales et sociétales avec lesquelles vous devez composer. Elle n’a de sens que si vous acceptez aussi d’en être les co-acteurs.

 

Revolutio©: les champs d’intervention

Sans être exhaustive, la cartographie ci-dessous identifie les principaux champs d’intervention des experts de Revolutio.

Revolutio_carto_160420

Revolutio© et SENSAE Consulting : démarche innovante valorisant l’engagement RSE

D’une démarche classiquement focalisée sur la relation inter-personnelle (coach et coaché), REVOLUTIO a donc engagé une nouvelle dynamique en étendant le processus de réintégration de l’individu ayant subi un accident de vie à d’autres parties prenantes (collègues, service voire l’organisation dans sa globalité…) contribuant ainsi à en garantir un succès pérenne.

Cette dynamique innovante peut s’accompagner d’une réflexion méthodologique quant à l’impact et la contribution de REVOLUTIO au projet d’entreprise voire au code génétique de l’organisation (Mission, Valeurs, Vision…). Si le prisme RH est bien souvent la clé d’entrée d’une démarche Revolutio, celle-ci doit donc s’intégrer aux autres projets en cours, contribuant ainsi à les enrichir voire les valoriser.

En appui des experts Revolutio, SENSAE Consulting est à même :
Revolutio_boussole_160420-de faire de la démarche Revolutio une composante innovante des dimensions sociale et sociétale d’un engagement RSE. Outre les enjeux classiques (sociaux/sociétaux, économiques, environnementaux…), une vigilance particulière est accordée aux principes RSE qui seront impactés (vigilance, transparence et redevabilité, éthique, dynamique avec les parties prenantes…)

-d’intégrer la démarche Revolutio dans le cadre d’une réflexion stratégique (projet d’entreprise, de service, enrichissement de la Mission, du système de Valeurs, de la Vision…)

-d’évaluer et d’accompagner les éventuels impacts de la démarche Revolutio sur les pratiques managériales, le processus et les pratiques RH voire le système de management dans sa globalité.

Pour une approche efficiente, pérenne avec un réel retour sur investissement, la démarche est structurée en mode projet. Elle est intégrée aux éléments éventuellement préexistants dans l’organisation.

 

Revolutio© et SENSAE Consulting : un engagement personnel et professionnel.

Revolutio_arc_160420Les sollicitations d’un monde médico-social parfois non – préparé, la confrontation avec un univers professionnel souvent déstabilisé, une littérature pléthorique nous ont conduit sur le chemin de près de vingt années de résilience. Si, sur le plan strictement personnel, le processus a été fructueux, il n’a que peu contribué à monter en maturité les parties prenantes qui restent toujours trop démunies face à un individu « en accident de vie ». De plus, les limites  du corpus législatif, l’éclatement des repères familiaux refuges, la dépréciation fréquente des systèmes de valeurs dans les différentes sphères professionnelles, sociales, personnelles fragilisent l’individu et sa capacité à gérer la phase post traumatique d’un accident de vie.
Il était temps qu’une démarche innovante comme REVOLUTIO embrasse la problématique dans toute sa riche complexité et jette les bases d’une approche méthodique, réfléchie dont l’un des princeps est la mise en responsabilité des différentes parties prenantes. En cela, REVOLUTIO  nous a convaincu d’apporter enfin une réponse crédible en phase avec les enjeux et principes d’une démarche RSE que se devrait d’adopter toute organisation Responsable de l’impact de ses décisions et actions notamment dans les domaines sociaux et sociétaux.

Marc BOURDEAUD’HUI

Président de SENSAE Consulting

Pour en savoir plus : www.revolutio.fr

Contact : marc.bourdeaudhui@sensae-consulting.com